Projet de cogénération

En relançant l’usine de Thurso, Fortress Paper a réalisé un programme d’investissement de 150 millions $. Ce programme prévoit un projet de cogénération à la biomasse de 62 millions. Le projet de cogénération a été soumis et accepté par Hydro-Québec, dans le cadre de son appel d’offres lancé en 2009 relatif à l’achat de 125 MW d’électricité générée par la cogénération à la biomasse.

Ce projet prévoit la modernisation des installations de production de vapeur de l’usine. La chaudière existante datant de 1958 et la chaudière d’appoint alimentée au mazout seront remplacées par une nouvelle chaudière à biomasse qui permettra de brûler divers types de biomasse résiduelle. La vapeur sera dirigée vers une nouvelle turbine-alternateur qui produira 23 MW d’électricité vendue à Hydro-Québec.

Comment sera produite l’électricité ?

La chaudière à biomasse, ainsi que les chaudières existantes de récupération de la liqueur noire de l’usine, produisent de la vapeur à haute et moyenne pression qui sera détendue dans une turbine à vapeur à double admission. L’énergie de la vapeur se transforme alors en énergie mécanique. La turbine, accouplée mécaniquement à un alternateur l’entraîne en rotation afin de convertir cette énergie mécanique en énergie électrique. Entraîné par la turbine, l’alternateur génère un courant alternatif. La turbine permettra une double extraction pour combler les besoins en vapeur moyenne et basse pression des divers utilisateurs de l’usine. La vapeur résiduelle est condensée et retournée aux chaudières.

Quelle est la biomasse utilisée ?

La cogénération utilisera plus de 250 000 tonnes de bois-énergie par an à partir de 3 ressources de biomasse forestière résiduelle toutes issues de bois « propres » (non traités).

Les boues issues du système de traitement des eaux seront utilisées comme combustible ce qui permettra au fur et à mesure de leur génération d’éliminer le problème d’odeurs vécu par le voisinage au cours des chaudes journées d’été lors de l’épandage des boues au site d’enfouissement de l’usine. La consommation de mazout représentera environ 3% des besoins en énergie, au démarrage de la chaudière ou pendant les dysfonctionnements du système de la biomasse.

Gaz à effet de serre (GES)

D’un point de vue des émissions de gaz à effet de serre, on considère que le bois est neutre car il rejette, lors de sa combustion, le CO₂ par année, soit 47% des GES émis par l’usine.